Comment garder l’équilibre avant les règles quand on souffre du syndrome prémenstruel

Yoterus

Cet article est écrit par Céline Brion, elle est sage-femme depuis 2006 et consultante en planning familial naturel, c’est à dire qu’elle forme les couples pour qu’ils puissent gérer la fertilité de la femme naturellement, sans avoir recours aux méthodes contraceptives classiques.

Elle sera consultante en nutrithérapie pour soigner par l’alimentation et les compléments alimentaires dès 2018.

 

Le syndrome prémenstruel, c’est quoi ?

C’est l’ensemble des symptômes physiques ou psychologiques qui surviennent avant les règles et qui disparaissent avec celles-ci. 70% des femmes sont concernées, à des degrés divers, c’est donc quelque chose d’assez courant.

 

Quels sont les symptômes?

Les seins sont douloureux ou tendus, la prise de poids, le ballonnement, le gonflement du corps, les maux de tête, les douleurs articulaires ou musculaires, les troubles cutanés, la tristesse, le manque d’énergie, les crises de larmes, l’irritabilité, l’impatience, le stress, les pulsions alimentaires et la modification de la libido.

 

D’où vient ce problème ?

C’est un déséquilibre des hormones sexuelles féminines (oestrogènes- progestérone), soit par excès d’œstrogènes, soit par manque de progestérones.

Le problème peut venir aussi d’un déficit en magnésium ou d’un excès de prolactine  qui est l’hormone de la lactation ou encore d’un manque de sérotonine.

 

Que faire pour résoudre le problème ?

Changer ses habitudes alimentaires en diminuant le sucre, l’alcool, les sodas, les produits laitiers et les graisses saturées pour les remplacer par une alimentation riche en fibres et en graisses insaturées, surtout l’huile d’onagre et de bourrache ainsi que les omega 3 présents dans l’huile de colza et de lin notamment.

Apporter du magnésium, sous forme de glycérophosphate ou du citrate de magnésium, il est aussi présent naturellement dans les germes de blé, les noix, les amandes, les pois et les haricots verts.

Apporter de la vitamine B6  qui est présente dans les légumineuses, les céréales complètes ou semi-complètes, les fruits et les légumes,les oléagineux, les pommes de terre, le foie, les poissons et les fruits de mer.

Consommer des graines de lin riches en phyto-oestrogènes qui vont prendre la place des oestrogènes, elles se consomment mixées à raison de  25g/jour  soit l’équivalent de 2 cuillères à soupe de semences.

Boire de la tisane de framboisier, d’achillée ou d’alchémille pendant toute la durée du cycle mais surtout quelques jours avant les règles à raison de  2à 3 tasses par jour.

Le gattilier est une plante qui est indiquée quand les symptômes sont accompagnés de troubles de la fertilité mais il ne peut pas être consommé pendant la grossesse.

Se complémenter en probiotiques pour restaurer  la flore intestinale et consommer des tisanes détox du foie.

Consulter un professionnel de santé.

Partagez cette recette avec vos amies, ces conseils sont précieux et simples.

Si vous avez envie de recevoir mon prochain article par mail la semaine prochaine, il suffit de vous inscrire à ma newsletter en haut, à  droite de cette page 🙂

 

Laisser un commentaire