L’auteure
Articles ménage écologique

​Cliquez ici et recevez des infos en or qui vont vous faire économiser beaucoup d'argent

L’allaitement maternel, les conseils d’une sage-femme

L’allaitement maternel, les conseils d’une sage-femme

 

Voici qu’aujourd’hui je passe la plume à Chloé qui me fait le plaisir de vous partager son expertise 

autour de l’allaitement.

Je suis ravie d’écrire cet article invité pour La Belle Wivine, que j’ai eu le plaisir de rencontrer lors d’un salon.

Le courant est directement très bien passé et nous avons pu découvrir nos points communs sur l’envie

de vous partager nos savoirs sur la vie naturelle et heureuse.

Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, je m’appelle Chloé, je suis sage-femme experte en accompagnement

global à domicile et en ligne. J’ai fondé Naissance Positive, dans le but d’aider les femmes à vivre leur accouchement

de façon calme, épanouissante et positive. J’offre pour cela des informations claires autour de la préconception,

la grossesse, l’accouchement, le post-partum et l’allaitement maternel.

ll est évident que lorsqu’on souhaite allaiter, on veut toutes que ça se passe le mieux possible : sans fatigue, sans douleur

et sans frustrations. Sachez avant tout que la première étape cruciale pour réussir son allaitement est tout simplement :

en avoir envie ! Ensuite, la deuxième que je vous recommande est de vous faire accompagner par une sage-femme

experte en allaitement ou une consultante en lactation.

Si vous suivez ces 2 étapes et celles que je vais vous apprendre ci-dessous dès le jour de la naissance de votre bébé,

vous mettez toutes les chances de votre côté pour bien vous préparer à allaiter.

 

Réussir son Allaitement en 6 étapes

Téléchargez votre fiche outil imprimable: “Réussir son Allaitement 6 étapes”

1. Dans Quelle Phase Etes-Vous ?

réussir son allaitement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est génial de savoir que vos seins commencent déjà à produire du colostrum vers les 16-22 semaines de grossesse.

Ce type de lait, très riche en calories et en anticorps, de couleur dorée, suffira à nourrir votre bébé lors des 3 premiers jours de vie.

C’est pendant cette première phase de l’allaitement que votre corps produit très rapidement encore plus de lait grâce à l’hormone prolactine,

qui augmente dès la sortie du placenta. Lorsque votre bébé tète, c’est l’hormone ocytocine qui éjecte le lait.

Afin d’assurer que la prolactine et l’ocytocine fonctionnent correctement, c’est-à-dire que votre lait soit produit en abondance et qu’il sorte facilement,

il est super important de “charger vos batteries” lors des 3 premiers jours après l’accouchement. Au plus vous les chargez,

au plus vous assurez que ces hormones fonctionnent longtemps. Le nombre de tétées que vous ferez pendant ces

3 premiers jours déterminera vos réserves de lait les prochains mois à venir. L’idéal : entre 10 et 12 tétées par 24h.

Comment faire ? La première semaine de vie, mettez-vous au repos (pas de ballade ou de tâches ménagères !)

bien au chaud chez vous, en peau-à-peau avec votre bébé. Un lange et une couverture sont tout ce dont vous avez besoin :

tenez votre bébé nu contre votre poitrine nue aussi, et couvrez-vous à deux sous la couette.

Vous ne devriez vous lever que pour manger, aller au toilettes, ou prendre une douche.

Ainsi, vous récupérez de l’effort intense de l’accouchement tout en permettant à votre corps de booster

cette production de prolactine et d’ocytocine, afin d’avoir plein de lait par la suite !

L’ocytocine ne peut pas se produire en présence de stress.

A ce moment-là, tout effort physique/mental trop intense (ménage, escaliers, visites … )

mais aussi un environnement stressant (je vous explique plus tard ce que c’est) freineront la production de lait,

aussi à long terme ! Cette semaine de repos bien méritée est donc une faveur que vous vous faites pour la suite.

Votre bébé demandera entre 8 et 12 tétées par 24h, donc une tétée toutes les 2-3h. C’est intense !

Vers le 3-4 ème jour après la naissance, vos seins deviendront plus durs et peut-être douloureux :

c’est ce qu’on appelle la congestion, ou la “montée de lait”. C’est très bon signe !

Vos hormones ont bien chargé leurs batteries : vos seins sont pleins de lait blanc, riche en lactose et en graisses,

qui permettra à votre bébé de grossir à vitesse grand V. Ce lait de transition est présent du 7ème au 20 jour de vie.

La congestion quant à elle ne dure que 3-4 jours et se soulage facilement en gardant les seins bien chauds 10 min avant la tétée

(à l’aide d’une bouillotte ou d’une douche chaude), en massant le sein dur lors de la tétée (ou sous la douche)

et en mettant bébé au sein fréquemment (au moins 8 à 12 fois sur 24h).

La congestion ne devrait pas durer plus de 3 à 5 jours. Si c’est le cas, contactez votre sage-femme ou consultante

en lactation au plus vite pour un accompagnement professionnel.

Ensuite vient la phase du lait mature (à partir de 21 jours jusqu’à arrêt de l’allaitement).

Comparable à un repas complet, il contient les nutriments et anticorps essentiels.

Les besoins nutritionnels de votre bébé sont satisfaits, il n’a besoin de rien d’autre pendant les 6 prochains mois.

Vous allaitez complètement à la demande, c’est-à-dire sans regarder votre montre pour connaître l’heure du prochain repas.

Alors comment savoir si votre bébé à faim ? Tout simplement en l’observant !

→ Cochez les choses à faire pour chaque semaine dans votre fiche outil !

2. Reconnaître les Signes de Faim

signes de faim bébé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, il n’est pas nécessaire d’attendre que bébé

pleure pour le mettre au sein. En fait, votre petit bout montre déjà des signes de faim subtils bien avant de faire entendre sa voix.

Il passe par différents stades, que je vous invite à voir dans votre fiche outil (page 2).

Si le premier stade est ignoré (que vous ne le mettez pas au sein), il passera alors au stade suivant. Il existe trois stades en tout :

  • les signes subtils : bébé se réveille → sa bouche s’ouvre → il commence à chercher avec sa tête
  • les signes clairs : bébé s’étire → bébé bouge activement → il met ses mains à la bouche
  • les signes tardifs : bébé pleure → bébé s’énerve/s’irrite → bébé hurle/devient rouge

L’idéal est de mettre bébé au sein lors des 2 premiers stades : les signes subtils ou clairs.

Bien-sûr, ce n’est pas la fin du monde si vous remarquez qu’il a faim lors des signes tardifs !

Nous sommes toutes humaines et n’avons pas toujours la possibilité de réagir à temps.

Surtout que certains bébés passent des signes subtils aux signes tardifs en l’espace de quelques minutes (heureusement c’est une petite minorité 🙂 )

L’avantage de mettre bébé au sein assez tôt est qu’il sera beaucoup plus calme et détendu lors de la mise au sein.

Il y a de fortes chances que s’il hurle il sera affamé et donc énervé.

A ce stade tardif, pas mal de bébés pincent le mamelon (aïe!) ou n’arrivent pas bien à le prendre car ont peu de patience à ce moment-là.

Ils veulent que le lait arrive tout de suite, là maintenant !

Sachez que votre bébé apprend à téter lui aussi, donc autant le faire quand il est calme.

Conseil bonus : si votre bébé montre des signes tardifs de faim, calmez-le d’abord quelques secondes en le faisant téter sur votre pouce, avec votre ongle contre sa langue avant de le mettre au sein. Vous serez surprise de la force qu’il utilise !

3. L’importance de votre Environnement

réussir son allaitement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez maintenant compris que pour avoir suffisamment de lait qui s’éjecte bien,

il faut de la prolactine et de l’ocytocine en abondance. C’est sur cette dernière hormone que j’aimerais insister :

l’ocytocine qui éjecte le lait, aussi appelée hormone de l’amour, est présente lorsque vous êtes détendue.

Donc c’est au final assez simple : au plus vous parvenez à atteindre un état de relaxation, au plus votre lait sortira facilement

et au moins vous risquez d’avoir une diminution de la production. Pourtant, le stress est facilement omniprésent dans notre vie .

Il se cache derrière l’hormone adrénaline, responsable d’un état d’anxiété ou présente lors d’un effort intense.

Ce qui est embêtant, c’est que le corps ne peut pas produire l’ocytocine et l’adrénaline en même-temps : vous serez ou bien détendue, ou bien stressée.

Du coup, en présence de stress, peu de lait sera disponible pour votre petit, surtout la première semaine après l’accouchement.

D’où l’importance du repos mentionné ci-dessus, car il favorise la détente, nécessaire pour charger vos batteries d’hormones.

Quels sont les éléments déclencheurs de stress à éviter les premiers jours lors de la mise au sein ?
  • des visites qui vous demandent trop d’énergie mentale (ex : la tante qui attend que vous lui serviez sa coupe de champagne,
  • votre belle-mère qui critique tout ce que vous faites, …)
  • les tâches ménagères
  • s’occuper d’autres enfants
  • faire à manger
  • courir à la pharmacie, faire les courses
  • de longues ballades
  • une pièce bruyante, chaotique
Que faire pour être détendue pendant la mise au sein ?
  • être entourée de visites qui sont bienveillantes, courtes, qui vous aident à être confortables et vous encouragent à allaiter.
  • Ne laissez personne entrer chez vous sans qu’ils aient apporté de quoi manger ou
  • sans qu’ils mettent une lessive en route/font un peu de vaisselle !
  • ne vous lever que pour manger, aller au toilettes/prendre une douche
  • laisser les tâches ménagères à quelqu’un d’autre ainsi que les courses
  • reporter les longues ballades à plus tard. L’idéal c’est de tester la première promenade la 2ème semaine pendant 15 min
  • et de voir comment vous vous sentez.
  • Si vous avez mal au niveau du pubis ou du périnée, vous avez été trop loin 🙂
  • écouter une musique qui vous détend, prendre soin de vous en buvant un bon thé, faire une bonne sieste en journée
  • et avoir pleins de coussins à disposition proches de vous quand il est temps d’allaiter.
  • et puis le plus important : garder bébé contre vous (en peau-à-peau la première semaine) et l’admirer sans limites 🙂

→ Planifiez et Déléguez vos tâches en complétant le tableau dans la fiche outil

4. Mise au Sein : Votre Checklist Facile et sans Chichis

crevasses allaitement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mettre bébé au sein de façon correcte est super important. Pourquoi donc ?

– il boira efficacement et aura donc assez de lait pour chaque tétée,

– votre sein sera donc assez stimulé pour produire assez de lait :

la prolactine et l’ocytocine fonctionneront à leur plein potentiel,

– après la mise au sein correcte, le sein sera bien vidé ce qui diminue le risque d’infection mammaire,

de mastite et de plaques dures et douloureuses sur le sein,

– et puis surtout : vous éviterez la douleur atroce des crevasses !

Bébé prendra bien le mamelon dans le fond de sa bouche.

Pour certaines (les plus chanceuses d’entre nous !) tout ceci se passe sans difficultés :

l’allaitement ne fait jamais mal. Sachez tout de même que sur toutes les mamans que je rencontre, environ la moitié aura un allaitement douloureux au début.

Comment éviter cela à tout prix ?

J’ai une super nouvelle pour vous : l’allaitement est un apprentissage.

Cela veut dire que même si vous avez mal, cela ne veut pas dire que ce sera comme ça toute la durée de l’allaitement.

Vous pouvez aller mieux. Vous et votre bébé allez pouvoir profiter pleinement de l’allaitement.

Honnêtement, les 2 premières semaines sont les plus difficiles car vous et votre bébé apprenez cette nouvelle technique de mise au sein.

Comme pour tout, c’est fait de hauts et de bas, alors tenez bon les 14 premiers jours : la peau du mamelon doit prendre le temps de durcir.

Un peu comme la plante des pieds: au plus on marche dessus, au plus elle devient dure.

Appliquez la checklist facile et sans chichis ci-dessous avec soin, dès la naissance.

Suivez étape par étape. Ne lâchez pas ! Patience et Persévérance sont vos mantras.

Pas de panique ! Vous pouvez le faire, et vous allez y arriver.

La Checklist Facile et sans Chichis :
  1. Soyez suffisamment reposée et installez-vous confortablement
  2. Placez bébé avec son ventre contre votre ventre
  3. à l’aide de votre main dominante, approchez bébé du sein en plaçant son nez à la hauteur du mamelon (pas la bouche !)
  4. Bébé commence à ouvrir la bouche, parfois pas très grand.
  5. Quand vous voyez qu’il fait une très grande bouche
  6. Mettez-le au sein : c’est votre main qui porte bébé au sein, et non votre sein qui va vers sa bouche.Pour se faire, aidez-vous de votre main dominante : vous tenez bébé entre les omoplates et non derrière la tête), vos doigts soutiennent la tête au niveau de l’oreille qui se trouve vers le sol.Pendant ce temps, votre autre main forme un « sandwich » avec le sein : pressez légèrement le sein (pas le mamelon !) afin de mettre tout le mamelon dans la bouche de bébé
  7. N’oubliez pas : c’est votre main dominante qui guide bébé vers le sein et non le sein vers bébé
  8. pour se faire, poussez fermement mais doucement bébé avec la paume de la main. Vous devez penser à enfouir son menton dans le sein
  9. Votre bébé est à présent accroché au mamelon :
  10. Celui-ci est bien loin dans le fond de sa bouche,
  11. Sa tête est penchée légèrement vers l’arrière : comme quand on boit dans un verre d’eau
  12. Son menton est enfoui dans le sein,
  13. Ses lèvres sont ouvertes vers l’extérieur, pas pincées
  14. Sa langue est en dessous du mamelon
  15. Son nez est libre
  16. A présent, bébé est en train de boire. Vous l’entendez même peut-être avaler. Vous pouvez à présent lâcher votre sain que vous teniez en sandwich.

Attention : les 2 premières semaines, il est normal de sentir une douleur au mamelon les 20 premières secondes de la tétée.

C’est votre peau qui doit encore s’habituer !

Le secret pour éviter les crevasses : si après ces 20 secondes vous avez encore mal, c’est que votre bébé n’a pas bien pris le mamelon.

Si vous le laissez boire toute la tétée en ayant mal, vous aurez une crevasse ! Il suffit d’une fois…

Si après ces 20 secondes, si vous n’avez plus mal, bravo ! Bébé est bien mis.

Si la douleur persiste après 20 secondes ou n’a pas du tout diminué, une crevasse est en train de se former :

ôtez votre bébé du sein et recommencez à nouveau dès la première étape.

Pour enlever bébé du sein, placez d’abord votre petit doigt dans sa bouche afin qu’elle s’ouvre puis sortez le mamelon de la bouche.

Cela évite des pincements inutiles !

C’est là que les mots patience et persévérance sont importants : il est facile d’être frustrée parce qu’on n’y arrive pas tout de suite.

Sachez que vous n’êtes pas la seule ! Donnez-vous 2 bonnes semaines pour maîtriser cette technique.

En complément de cette checklist, assurez-vous de demander que la sage-femme vous aide à la mise au sein.

Sans le faire à votre place, mais en vous corrigeant et en vous guidant.

Si vous êtes encore à l’hôpital, prenez cette liste avec vous et appelez votre sage-femme pour chaque mise au sein.

C’est très important pour un bon départ !

5. Rien d’Autre que Votre Bon Lait Maternel

réussir son allaitement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ayez confiance en vous : votre corps produit tout ce qu’il faut pour subvenir aux besoins de votre bébé.

En effet, L’OMS (organisation mondiale de la santé) recommande de ne rien donner d’autre au bébé

mis à part le lait maternel lors des 6 premiers mois. Cela veut dire que vous n’avez pas besoin de donner ni compléments de lait artificiel,

ni eau ou autres boissons ! Au contraire, c’est très difficile de réussir son allaitement si on donne du lait artificiel dès le départ,

car votre corps est en train de produire exactement ce dont bébé à besoin. En donnant des suppléments,

cela interfère donc avec votre production qui peut diminuer très rapidement.

Si votre bébé perd trop de poids, (il peut perdre jusqu’à 10% de son poids de naissance sans que ce soit anormal),

il existe alors des méthodes pour stimuler votre production de lait sans donner de lait artificiel (tire-lait).

Consultez toujours votre sage-femme ou consultante en lactation pour un accompagnement professionnel.

Une minuscule minorité de bébés auront tout de même besoin de compléments de lait :

ou bien du lait maternel d’une autre maman, donné via une banque de lait (visiter la leche legue)

ou bien si vous n’avez pas cette option, du lait artificiel.

A partir de 6 mois, vous pouvez commencer à introduire certains légumes et fruits (j’aime beaucoup la méthode Rapley pour cela),

combinés à votre lait qui reste la majeure partie de ce que votre bébé assimile lors de sa première année de vie.

L’OMS recommande donc l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois et combiné avec d’autres aliments jusqu’à 2 ans.

 

6. Pas de Tétine/Biberon avant 4 Semaines

 

 

Et oui ! Il va falloir attendre un peu avant d’utiliser votre plus belle tétine ! Si vous en donnez une avant 4 semaines,

cela peut perturber votre bébé. Comment ça ? La technique de succion sur une tétine est différente que sur le mamelon :

la langue doit se placer différemment, et ce n’est qu’à partir de 4 semaines que bébé parvient à distinguer ces 2 façons de boire.

Et c’est exactement la même chose pour le biberon ! Une fois l’allaitement bien démarré et la technique de succion maîtrisée,

votre bébé sera prêt à apprendre à boire au biberon entre 4 et 6 semaines. A partir de ce moment-là, il n’aura plus de confusion sein-tétine.

Comment faire quand votre bébé n’a pas faim mais aimerait juste téter pour son confort ?

Placez votre pouce avec l’ongle contre sa langue dans le fond de sa bouche pour mettre vos mamelons en pause :).

Si vous souhaitez donner du lait maternel que vous avez tiré au tire-lait avant ces 4 semaines,

utilisez un petit gobelet, une cuillère, une seringue ou une softcup en tant qu’alternative au biberon.

En cas de doutes/d’hésitations/de questions/de difficultés, contactez toujours votre sage-femme

ou consultante en lactation pour un accompagnement professionnel. En cas de douleur aux seins, aux mamelons,

d’une congestion importante, ou si vous avez l’impression que vous avez trop/pas assez de lait ou

que votre bébé perd trop de poids, consultez votre sage-femme sans plus attendre.

 

J’espère que ces conseils vous seront utiles !

N’hésitez pas à consulter ma vidéo à ce sujet

Je vous souhaite un bel allaitement,

Chloé,

Naissance Positive

 
Sources
Stefan Kleintjes, Mary Broeckhuijsen. Borstvoeding. Editions Spectrum, 2015
Erica Chidi Cohen. Nurture. 2017, format Kindle
Dr Marie Thirion. L’allaitement De la naissance au sevrage. Editions Albin Michel, 2014
Recommandations de l’OMS : https://www.who.int/topics/breastfeeding/fr/
Recommandations de l’OMS : https://www.who.int/topics/breastfeeding/fr/
Aimez l'article:
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment

Recevez mes articles chaque dimanche + 1 bonus